Puf

  • Qu'est-ce que le droit animalier ? Ce corpus de textes et de décisions de justice concernant les animaux dans le droit positif, par conséquent distinct de la notion philosophique de droits des animaux, est éclairé par les sources qui ont contribué à son édification. Ses enjeux philosophiques, touchant entre autres à la spécificité de l'animal, au droit naturel, à la relation entre devoirs et droits, d'une part, et ses enjeux réflexifs sur le Droit en général, d'autre part, occupent la première partie. Les deux autres parties du livres s'attachent à une analyse détaillée des textes comme des décisions de justice selon les deux axes, opposés, qui nourrissent le droit animalier : un droit contre les animaux et un droit pour les animaux. L'examen du droit animalier révèle une profonde hostilité de l'homme à l'égard des animaux, aujourd'hui de plus en plus clairement remise en cause. Au-delà des aspects strictement juridiques, une contribution à l'anthropologie se dessine dans l'examen de la condition que le droit réserve aux animaux.

  • Introduction, 3 Chapitre I - L'intégration païenne de l'homosexualité, 9 I. Activité et passivité, 10 - II. L'homme et l'homme, 13 : 1. Guerriers, 13 2. Citoyens, 16 3. Prostitués, 18 - III. Les hommes et les dieux, 18.

    Chapitre II - L'exclusion chrétienne, 21 I. Crime contre la dignité de l'homme 22 : 1. Transgression fondamentale, 22 2. Christianisme romain, 26 3. Droit germanique, 27 - II. Crime contre nature, 30 : 1. Saint Augustin, 30 2. Droit canon et renaissance du droit romain, 31 3. Saint Thomas d'Aquin, 32 4. Clergé et groupes monastiques, 34 5. La Caroline, 35 - III. Menace pour la collectivité, 36 : 1. Destruction de Sodome, 36 2. Municipalités, 38 3. Crime contre l'humanité, 41 - IV. Crime de l' " autre ", 42 : 1. Interprétation de la doctrine de l' " autre " : les cathares comme bougres, 43 2. Affabulation sur le comportement de l' " autre " : guelfes et gibelins, 45.

    Chapitre III - La dépénalisation laïque, 50 I. Droit canon et droit de l'État moderne, 50 : 1. Droit pénal modéré, 51 2. La tierce personne, 53 3. Bentham et l'utilitarisme, 54 4. Majorité et minorité, 55 5. Liberté individuelle et ingérence de l'État, 57 6. Morale chrétienne partagée et crime de " trahison " contre l'État moderne, 59 7. L'homophobie instinctive, 61 8. Persistance de la morale canonique et contribution du protestantisme, 61 - II. Évolution des peines, 64 : 1. Les travaux forcés, 64 2. La dépénalisation le Code Napoléon et son influence, 64 3. Peines psychologiques du contexte répressif et peines morales du contexte libéral, 67 : A) Suicide et perturbations psychologiques, 68 B) Cas de viols d'hommes, 70 C) Peine morale, 71 - III. Crimes de l'État moderne, 72 : 1. Élitisme et infécondité, 72 2. Baisse de la population, décadence morale et décadence nationale, 74 : A) Le stade secondaire, 74 B) Quantitatif et qualitatif : l'usage utilitariste des biographies, 78 3. Les nouvelles qualifications, 79 : A) Allemagne nazie : le crime contre la race, 79 B) Stalinisme et fascisme : le crime politique, 79 C) Communisme : crime contre la dignité de la personne, 82.

    Chapitre IV - La reconnaissance de l'homosexualité, 83 I. Discrimination et non-discrimination, 84 : 1. Homosexualité et pathologie, 85 2. Age légal du consentement, 87 : A) Protection de l'homosexuel " contre lui-même ", 88 B) Théorie de la séduction, 89 3. Homosexuels et homosexuelles, 91 4. Homosexuels civils et militaires, 92 - II. Droits de l'homme, 93 : 1. Droit à la vie privée, 93 2. Liberté d'expression, 95 : A) Liberté d'expression de l'homosexualité, 95 : a) Liberté sexuelle, 96 b) Liberté parasexuelle, 97 B) Liberté d'expression sur l'homosexualité, 98 3. Droits subjectifs, 100 - III. Partenariat et visibilité, 101 : 1. Reconnaissance du couple, 101 : A) Europe, 104 B) France, 108 2. Solidarité familiale, 111 3. Adoption, 112 4. Droit de garde, 115 5. Droit du travail, 116 6. Consommation, 118 7. Protection du patrimoine, 119 8. Indemnités de décès, 120.

    Conclusion, 122 Bibliographie, 125

  • La collection est dirigée par Michel Delon, professeur à l'Université de Paris X - Nanterre et Michel Zink, titulaire de la chaire de littérature médiévale au Collège de France. Elle souhaite accompagner et rendre visible la transformation des études littéraires grâce à l'histoire des idées et des mentalités, il s'agit d'ouvrir des perspectives, de rendre possible de nouveaux objets de recherche.

empty