Wolf Erlbruch

  • Pourquoi sommes-nous sur Terre ? C'est à cette question que tentent de répondre les protagonistes de cet album culte. Et chacun a sa propre raison de vivre : quand le pilote est là pour embrasser les nuages, le soldat lui, est plutôt là pour obéir, le jardinier pour apprendre la patience ; le chat est sur Terre pour manger des souris, l'aveugle pour faire confiance, la mère pour aimer.
    Avec poésie et délicatesse, l'auteur touche à une notion fondamentale : la singularité de l'existence de chacun et son droit le plus absolu à en disposer.
    La réédition d'un classique incontournable paru aux éditions Être qui aborde avec humour la plus existentielle des questions.

  • "Depuis quelque temps, le canard avait un étrange pressentiment. - Qui es-tu ?
    Pourquoi me suis-tu comme mon ombre ? - Je suis ravie que tu me remarques enfin, répondit la mort. Je suis la mort. Le canard était tout effrayé, ce qui est fort compréhensible.
    (...) - Je suis dans les parages depuis que tu es né, juste au cas où. - Au cas où ? demanda le canard. - Eh bien... au cas où il t'arriverait quelque chose. Un terrible rhume, un accident - on ne sait jamais. - C'est de cela que tu es venue te charger aujourd'hui ? - Non, c'est la vie qui se charge des accidents, des rhumes et de tout ce qui peut vous arriver, à vous, les canards. Moi, je me contente de dire par exemple : renard... Le canard ne voulait pas y penser. Il en avait la chair de poule."

  • Quand il fait nuit, tous les chats sont gris, dit-on. Mais pas pour les enfants qui aiment les histoires et qui préfèrent penser que la nuit fourmille d'aventures fabuleuses. Et quand Wolf Erlbruch se met au service de leur imagination, il y a de quoi rêver!

  • La sorcière prépare pour Faust le breuvage de rajeunissement et Goethe lui fait dire une formule magique qui n'est qu'un jeu turbulent de chiffres stimulant l'imagination et, en particulier, celle du grand illustrateur Wolf Erlbruch.

  • Adaptation tactile de l'album publié par les éditions Milan, en 1993. Une enquête auprès de tous les animaux pour trouver le coupable...En braille intégral et en gros caractères.

  • Un Ours naît d'un gratouillement. Autrement dit, de nulle part. Qui est-il ? Il se met en route et il entre dans la Forêt Merveilleuse pour essayer de découvrir s'il est bien lui-même. Cet Ours très positif ouvre les yeux et les oreilles, au fi l des rencontres, il s'aperçoit que les autres, amicaux, intimidants ou serviables - la Vache Complaisante, le Lézard Paresseux, le Pingouin Pénultième, la Tortue-Taxi, semblent parfaitement le connaître. Au terme de son voyage initiatique, il saura qu'il est bien lui. Oren Lavie propose un conte philosophique, porté par les mots simples, des situations cocasses tout en fi nesse, un Ours délicieusement résilient.

  • Jürg Schubiger, qui a décidément plus d'une corde à son arc, décoche les flèches de Cupidon. Il nous raconte, par exemple, que deux êtres amoureux ne savaient pas comment s'y prendre pour s'embrasser. Ils en restaient donc aux salutations polies, jusqu'au jour où leur bouche se trouvèrent. Si simple, ils ne l'auraient pas imaginé !
    Une vingtaine de poèmes sur le thème de l'amour illustrés par Wolf Erlbruch qui a choisi des animaux amoureux dont les paires sont parfois improbables : hibou et écureuil, escargot et souris, chien et chèvre, et même chat et chien se lancent dans l'aventure amoureuse ! Seuls lapins, canards et ours restent entre eux.
    Ressemblance ou dissemblance, quelle garantie de réussite ?

  • « Il était une fois une femme si méchante qu'elle rêvait de manger un enfant. » Ainsi commence ce livre à l'écriture admirable, au style dépouillé mais qui devient plus décalé, plus drôle au fur et à mesure que l'horreur progresse. On connaît la fin : c'est son propre fiston qu'elle dévorera !Un thème ancestral qui touche aussi bien les enfants que les parents : tous les enfants ont peur de se faire dévorer ; tous les parents ont peur de voir leur enfant enlevé par un monstre.L'illustrateur allemand le plus talentueux de sa génération, Wolf Erlbruch, joue ici avec des montages et des collages pour renforcer les traits monstrueux de l'ogresse. La force de ses illustrations est indéniable : ce sont de véritables tableaux, indémodables, proche du surréalisme.

  • Deux personnalités connues et reconnues dans le monde de la littérature jeunesse ont unis leurs talents pour conter à leur façon le début de la Genèse, la création du monde.
    Quand la plume de Bart Moyaert, poétique, fine, précise, rencontre le crayon de Wolf Erlbruch, délicat, spirituel, tout en rondeur, cela ne peut que faire... des étoiles!
    Le texte de Bart Moeyaert a été écrit à l'origine pour accompagner l'oratorio de Joseph Haydn, La Création, à la demande du Nderlands Blazers Ensemble.
    Un livre qui se lit, s'interprète, se comprend, se regarde, se ressent de multiples façons selon que l'on soit petit ou grand. Bref un livre pour tous !

  • Dans sa version illustrée de 1790, le Nouvel abécédaire de Moritz était déjà un manuel hors normes entre poésie et philosophie concrète. Les images nouvelles de Wolf Erlbruch, très fidèles à l'esprit (et souvent aux gravures mêmes) de Moritz sont, de plus, légèrement impertinentes.
    L'ensemble offre un livre de réflexion profond et ludique pour les grands comme pour les petits.

  • Tu es beau, dit le roi à l'oiseau dessiné. Merci, dit l'oiseau. Je suis bien d'accord. Pourtant, il me manque encore quelque chose. Et quoi donc ? demanda le roi. Le vent dans mes plumes, dit l'oiseau, et il s'envola hors du tableau. Un roi, de très petites histoires, autant d'instantanés philosophiques magnifiquement illustrés par l'auteur du Canard, la mort et la tulipe.

  • pourquoi donc ce perroquet refuse-t-il obstinément de parler ? louise, elle, a compris.
    mais voilà : certains parents n'écoutent pas toujours très bien ce que disent leurs enfants !

empty