Julia Billet

  • Rachel Cohen s'appelle désormais Catherine Colin. Elle doit oublier son ancien nom et celui de ses parents. Mais aussi sa vie d'avant, quand il n'y avait pas la guerre et que les Juifs ne devaient pas se cacher. Et puis il faut partir. Dans sa fuite, Catherine emporte son Rolleiflex et des films. Pour tenir, pour résister, elle fait des photos.

  • Ils ont souvent tout perdu, ceux qui arpentent le hall de la gare de Lyon. Parmi eux, il y a la vieille, élégante dans sa misère, cheveux coiffés, habits bleus. Ses copains de galère, ses combines et ses confidences avec Yvonne, la dame pipi, ses trouvailles quotidiennes dans les poubelles. Une routine comme une autre. Jusqu'au jour où la vieille aperçoit une toute jeune fille sur un banc. Elle est différente. Fragile. Elle semble regarder quelque chose intensément, à l'intérieur d'elle-même. Puis elle se lève. Et la vieille reconnaît son pas. Un pas perdu... A partir de 13 ans

  • La trouille

    Julia Billet

    Julia Billet raconte la prison, vue de l'intérieur par un garçon d'une vingtaine d'années, condamné à une peine de douze mois. Un roman initiatique qui raconte comment, grâce à une randonnée en haute montagne encadrée par l'administration pénitentiaire, il va se libérer du traumatisme de l'enfermement et ne plus avoir peur de grandir.

  • Papa m'a dit : " ton frère est mort sur le coup.
    " silence. une image m'est venue : cou cassé, nuque brisée. clac. crac. silence. depuis le 13 décembre, le jour oú elle a appris la mort de son frère, sarah doit supporter sa propre douleur mais aussi celle de ses parents. elle les trouve parfois immobiles, pleurant dans l'obscurité. ou bien alors, ils proposent des sorties absurdes : piscine, cinéma, théâtre, musée. mais c'est le silence qui domine la maison, et qui s'installe définitivement le jour oú sa mère décide que le nom de son frère ne doit plus être prononcé, qu'il ne doit plus être question de lui.
    /> La chambre est vidée, tout son contenu déménagé au grenier. alors les silences se transforment en glace à l'intérieur de sarah. un bloc de glace qui semble ne jamais devoir fondre.

  • Alors, partir ?

    Julia Billet

    Dans la communauté de jaime, chacun est essentiel au groupe : les femmes, les hommes, les enfants, les sages comme yaya et solémo.
    Jaime est un lycéen passionné de littérature. tous les soirs, il fait la lecture à sa grand-mère. mais un soir, c'est une lettre de la mairie qu'il doit lire, annonçant la prochaine évacuation du camp installé depuis plusieurs années déjà. que faire ? la voix des sages a parlé cette fois il faut partir. de nouveau sur la route avec les siens, yaya se mure dans un silence absolu ; pourtant elle a un secret à révéler à son petit-fils, un objet qu'elle ne quitte jamais à lui confier, julia billet dresse le portrait d'un adolescent qui va découvrir que l'écriture est un instrument universel pour conserver la mémoire des peuples.

  • Deux nouvelles en miroir composent ce livre. La première (La promesse) met en scène le jeune Ankidou, qui se retrouve seul dans un pays gris et froid dont il ne comprend ni la langue, ni les coutumes. Dans sa classe, il va croiser Agostino, un enfant qui, comme lui, ne parle jamais. Ils vont s'apprivoiser, et trouver chacun la force de se construire malgré tout ce que le monde extérieur a détruit en eux. La seconde nouvelle (Le fil invisible) raconte l'histoire de deux enfants, Sarah et Fred, voisins de palier, qui vont devoir déménager loin l'un de l'autre à cause de la démolition de leur barre d'immeuble. Face à cette situation inacceptable, du haut de leurs 10 ans, ils vont tenir tête à leurs parents, et faire la grève de la faim pour pouvoir demeurer voisins inséparables.

  • Durant deux années, des professionnels de l'animation ou de l'éducation spécialisée, se sont rencontrés régulièrement pour se former à la conduite d'ateliers d'écriture et délivrer leurs témoignages dans un ouvrage collectif au profit de cette pratique.

  • Une auteure a proposé des ateliers d'écriture à l'association France Alzheimer. Elle vient faire le récit de ces rencontres et donne à lire des textes écrits par les participants. Ce récit remet en perspective les représentations de la maladie d'Alzheimer et celles que l'on a bien souvent de ceux qui en souffrent. Ces notes d'ateliers nous rappellent à quel point la vie offre encore et toujours des moments drôles, émouvants, pétillants à chacun de nous, vivants parmi les vivants.

  • Sayonara samouraï

    Julia Billet

    Avec la sagesse d'une samouraï et l'amour de ses proches, un jeune garçon affronte courageusement la maladie.
    A 14 ans, Ismaël, fan d'arts martiaux et de culture nippone, rêve de devenir samouraï. Lorsqu'on lui découvre un cancer, son univers s'écroule. Mais Ismaël ne se laisse pas abattre. En tant que futur samouraï, et grâce à l'aide de ses quatre meilleurs amis, il se prépare à affronter le mal. Comme les grands guerriers japonais, ses modèles, il se battra jusqu'au bout avec bravoure.

  • 1941. Rachel étudie à l'internat de la maison de Sèvres, où ses parents l'ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s'intensifient, il n'y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent oublier, le temps de la guerre, tout de leur vie d'avant, à commencer par leurs prénoms. Rachel devient Catherine. Raconte, lui intiment ses professeurs en l'envoyant sur les routes de la zone libre, un appareil photo à la main. C'est ainsi que nous découvrons le quotidien d'une adolescente juive dans la guerre, ses rencontres, ses peurs mais aussi les quelques moments de répit et de grâce que lui offrira son art.

  • De retour à la Maison des enfants de Sèvres, Catherine se lance dans le monde. Poussée par Goéland et Pingouin, elle commence une carrière de photographe-reporter. Mais, au début des années 50, il ne fait pas bon être une femme dans ce milieu exclusivement masculin. Et si la guerre est finie, les combats, eux, ne manquent pas. À commencer par le féminisme, que Catherine découvre avec Simone de Beauvoir. Sa rencontre avec Mayis, chanteuse noire américaine qui a fui les États-Unis pour s'installer en France, la pousse à réaliser un vieux rêve. La voilà embarquée pour trois mois dans cette Amérique de l'après-guerre, où le meilleur côtoie le pire. Là-bas, elle est tour à tour confrontée à la peur, au racisme et à l'injustice, mais aussi au courage, à la force du collectif et à la rébellion. À sa façon, Catherine lutte.

  • Illana a du mal avec les études. Elle parle peu, voire jamais. Un jour, un nouveau arrive dans sa classe. Il s'appelle Thala, il vient de Syrie sans famille, avec pour seul compagnon un livre de poésie. Il ne parle pas français.

  • Jeannot, chef talentueux est accusé du meurtre d'un critique gastronomique. Il va faire des années de prison tout en clamant son innocence. La vérité prendra jour lorsque son lourd secret sera découvert.

  • Chaque nuit, le terrible vent souffle sans relâche sur le flamboyant. Puis le jour se lève, mais l'arbre ne dit mot. Le hibou aux grands yeux a tout vu. Il aimerait bien venir en aide au flamboyant, mais comment ? À travers ce récit tout en poésie, Julia Billet aborde les thèmes difficiles de la maltraitance et de la parole qui libère, et explique l'importance de se sentir en confiance et protégé pour demander de l'aide.

empty