Renaud Faroux

  • Philippe Huart ; side effects

    Renaud Faroux

    • Volum
    • 7 Juillet 2011

    Puisant ses sources et son inspiration dans la contreculture contemporaine, Philippe HUART s'est aussi totalement imprégné des contradictions, de la folie et des incohérences du monde moderne.

    Philippe Huart cherche à démontrer l'effet que peuvent avoir la publicité, le marketing et la consommation sur notre inconscient. Sa peinture est fondée sur la réalité objective qu'il n'y a rien d'autre que ce que l'on voit.

  • La grande utopie de Kijno

    Renaud Faroux

    • Somogy
    • 25 Mars 2017

    D'origine polonaise, Ladislas Kijno (1921 - 2012) porte-drapeau de l'abstraction lyrique est une figure attachante et originale de l'École de Paris dès les années 1950. Après des études de philosophie auprès de Jean Grenier, Kijno décide de se consacrer entièrement à l'art au contact de Germaine Richier, Sonia Delaunay et Hans Hartung.
    Mettant en avant le geste et la vitesse d'exécution il est reconnu sur la scène internationale pour avoir développé la technique du froissage. Elle prendra toute son ampleur lors de sa présentation du Théâtre de Neruda à la Biennale de Venise en 1980. Kijno façonne une oeuvre expérimentale aux multiples facettes inspirée par la poésie, le voyage et l'engagement. Sa mise en place formelle des Signes premiers, Écritures blanches, Balises - Chocs, Spéléologies mentales, son travail avec Robert Combas, son engagement auprès d'Angela Davis comme sa découverte de la Chine ou de l'Océanie... font de lui un passeur hors norme. Par son utilisation de la vaporisation, Kijno s'impose comme le père spirituel français du Street Art. La forme ronde caractérise son travail : oeuf symbolique, boule sphérique si chère à Cézanne, cette nouvelle pomme à l'allure de galet reste à jamais sa marque.

  • Renaud Faroux et Michel Lunardelli ont sillonné l'Europe de Londres à Paris, de Milan à Madrid pour interviewer et rencontrer les différents acteurs du mouvement. Mais l'ouvrage n'est pas un catalogue traditionnel. C'est un éclairage original sur la période Pop en Europe (particulièrement Londres et Paris) depuis les années 1960 jusqu'à aujourd'hui que l'auteur propose.

  • En cent ans d'existence, le Parti communiste français a toujours entretenu des liens étroits avec les avantgardes artistiques et culturelles. Mais si certains peintres sont bien connus comme « compagnons de route » du parti, tels Pablo Picasso ou Marcel Duchamp, d'autres, comme Giacometti, Fernand Léger, Henri Matisse, André Masson, etc., ont aussi cultivé des relations avec celui-ci, à divers degrés, qu'ils aient été militants, sympathisants ou observateurs critiques. En témoigne les formidables collections d'oeuvres offertes au parti et déposées depuis dans divers musées.
    À l'occasion du centenaire du Parti communiste français, et pour annoncer l'exposition qui se tiendra au printemps 2021, ce livre d'art raconte cette histoire à la fois politique, sociale et artistique à travers la reproduction de 150 oeuvres et les éclairages de Yolande Rasle et Renaud Faroux.
    L'ensemble de l'ouvrage permet de redécouvrir des artistes majeurs que le marché minore ou dont l'histoire obère la part d'engagement sans laquelle leur oeuvre perd une part de son sens.
    Avec plus de 150 oeuvres ainsi rassemblées, ce livre présente un parcours totalement inédit et incarne un message toujours actuel : « D'un siècle à l'autre, l'art nous change et change le monde. »

  • Si le confinement nous a tous mis à l'isolement, cette expérience a eu un effet encore plus traumatisant sur Robert Combas. La mise en cage ce lion sauvage de la peinture, l'enfermement dans son atelier ce rebelle éclectique, a provoqué en lui un besoin de se donner de nouveaux complices, de nouveaux compagnons de jeux, de nouveaux alter ego. C'est ainsi que l'artiste a développé et renouvelé la thématique du portrait. Ce fut sa meilleure façon de combler ce vide social.
    En donnant naissance à ce qu'il appelle son «?labyrinthe de têtes?», Combas apporte une survie matérielle à tous ceux qui hantent son esprit, à tous ceux dont il a dû se séparer par la force des événements. Comme dans les portraits du Fayoum de l'Égypte antique, toutes les figures qui traversent sa pensée renaissent sous ses pinceaux et accèdent ainsi à une immortalité artistique. Combas se libère des codes picturaux classiques de la représentation de la figure humaine et dépasse les lois de l'apparence. Il privilégie l'expression de la subjectivité, tente de saisir l'ineffable pour rendre compte du fonctionnement de la pensée humaine lié aux mutations actuelles. Par le portrait, il ne veut pas capter une banale ressemblance mais s'attache à exprimer l'inquiétude, l'interrogation, le déplacement, la présence dans l'absence, le sujet face à l'impossible, le rêve, la force du désir et de l'amour, les mystères de l'inconscient, la traversée du miroir... Un ensemble époustouflant dans lequel le peintre pousse toutes ses inventions plastiques à leur paroxysme. L'éclatement des formes, le jeu sur les vues de face et de profil dans un même visage, la disparité des ethnies présentées, les trouvailles iconographiques et stylistiques marquées par un renouveau du dessin et une polychromie foudroyante, inscrivent ses figures dans la lignée des déformations géniales de Picasso, Giacometti ou Dubuffet. Elles signent de façon magistrale la modernité toujours renouvelée de Robert Combas.

  • Jean-Jacques Tachdjian

    ,

    • Pyramyd
    • 1 Janvier 2005

    Graphiste, illustrateur, typographe, dessinateur de bandes dessinées, auteur, musicien, Jean-Jacques Tachdjian est acteur emblématique de la création graphique underground.
    Sous le surnom d'El Rotringo, ce graphiste " international de quartier ", installé à Lille, refuse d'oeuvrer selon des codes graphiques établis. Il a su inventer ses propres règles et développer un univers dans lequel humour et subversion se côtoient.

empty