Récit

  • Ce livre est un récit d'un genre neuf, celui du style de vie d'un marin considérable doublé d'un poète. « Quand je regarde la mer, je me promène dans le temps du monde ». Vous l'ouvrirez à n'importe quelle page, il n'y a pas d'ordre dans les plaisirs, pas de classement dans les enchantements. C'est de ceux-là dont Olivier de Kersauson nous entretient.

    Voici donc le catalogue original d'un esthète singulier amoureux de la mer.
    « Il y a des artistes qui peignent des tableaux. Moi, je peins le sillage blanc sur le bleu des mers ».

  • Camille rencontre Augustin, son tout premier amour, à 15 ans. Elle qui n'est pas issue du milieu agricole s'installe avec lui à la ferme, où il élève des porcs. Trois ans plus tard, ils se marient.
    Mais la vie au sein de l'exploitation familiale s'avère tout sauf paisible. Pris entre le travail aux champs, les soins quotidiens apportés aux bêtes, les imprévus sanitaires ou mécaniques, un contexte économique difficile, le couple est étranglé. Très vite, il croule sous les dettes.
    Après une première tentative, Augustin, âgé de 31 ans, se donne la mort. La fin abrupte d'un quotidien qui devenait insupportable.
    Comment cet agriculteur, passionné, investi et aimant, a-t-il pu en arriver là ? Y a-t-il des coupables qui l'ont poussé au suicide ?
    Camille, veuve à 24 ans, témoigne ici avec sincérité de cette misère qui s'est emparée des campagnes au point d'en tuer ses fils.

  • "« Des voitures brûlent ? Des barricades ?""Ce n'est pas un autre Mai 68, c'est le diktat d'un autre siècle. D'un autre questionnement dont le coeur mendie d'autres réponses. »" La guerre des banlieues n'aura pas lieu signe l'entrée d'Abd Al Malik dans la galaxie littéraire. Tel Aimé Césaire dans son "Cahier d'un retour au pays natal", il s'y engage « debout et libre ». Comme le Rimbaud des "Lettres du voyant", il s'y conduit en « travailleur de la poésie ». à la fois visionnaire et paisible, il lance à la façon de Martin Luther King : « "I have a dream !" »Il ose rêver et interpeller l'avenir. Il rêve de couleurs dans la grisaille des quartiers, de baume sur les blessures du quotidien, de lumière et d'amour dans les caves de l'obscurantisme. Il rêve de voir chacun trouver sa voie, comme il a lui-même trouvé la sienne. Il rêve que toutes les voies individuelles convergent dans la concorde et la fraternité. « "Comprenez bien," insiste Abd Al Malik, "un message de paix dans les banlieues est un message universel". » "La guerre des banlieues n'aura pas lieu" : un poète annonce une embellie !

  • Pour un éditeur, retrouver le manuscrit oublié d'un écrivain aussi célèbre que Jules Verne s'apparente à la découverte, par un archéologue, d'un site demeuré jusque-là caché.
    C'est dans cet état d'esprit que nous avons la joie de publier ce Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse, qui était resté dissimulé dans la forêt des manuscrits de Jules Verne acquis par la ville de Nantes.
    En 1859, Jules Verne a trente et un ans de rêve de voyages... Une occasion s'offre à lui de visiter l'Angleterre et l'Écosse avec un ami. Jules Verne la saisit avec enthousiasme. Partis de Nantes et débarqés à Liverpool après être passés par Bordeaux (ce qui, d'abord, les éloigna du but, d'où le voyage "à reculons"), nos deux héros vont découvrir notamment Edimbourg, Glasgow et Londres.
    L'auteur, qui consigne ses remarques et ses impressions, nous brosse un tableau saisissant de vérité. Cela deviendra le Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse, récit romanesque écrit avec une belle malice, une ironie toute moderne et qui sait jouer avec les mots français ou anglais. Le style est vif, rapide, plein d'images ingénieuses, de détails vrais, de rapprochements inattendus. L'appétit, la volupté même du tourisme sont quelques-uns des ressorts de ce livre totalement inédit, prélude aux Voyages extraordinaires, dans lequel Jules Verne s'affirme déja maître de son écriture et de son génie.
    En 1862, l'éditeur Hetzel refusera de publier ce récit, parce qu'il ne correspondait pas encore au roman scientifique qu'il souhaitait éditer. Pourtant, toute l'oeuvre vernienne est en puissance dans ce livre original et passionnant destiné au plus large public.
    Jacques Lavaret et Jonathan Savournon sont les personnages mordants, exaltés ou dépités de cette aventure dont Jules Verne, observateur attentif d'une civilisation, tire une morale du voyage, à la fois poétique, ironique et pratique.
    Écrit voici cent trente ans, ce livre nous révèle un nouveau visage de Jules Verne qui rest l'auteur français le plus traduit dans le monde.

  • Dans ce carnet de bord, V. Vasseur raconte tout sur cette prison qu'elle juge vétuste, crasseuse et obsolète. La prison de la Santé est une ville dans la ville où se côtoient étrangers de tous pays, petits malfrats et grands terroristes, sans-papiers et VIP. Les urgences médicales, la drogue, la prostitution, mais aussi les moments d'émotion, sont des thèmes abordés dans ce récit.

  • De l'amour

    Raoul Vaneigem

    "Le caractère intime, spécifique, purement subjectif de l'expérience amoureuse la rend presque incommunicable.
    La gageure est que rien ne la destine par proposer quelque modèle, à offrir ses conseils, à fournir des recettes. Sur le mode du spectacle, elle ne sert donc à rien. Dans le même temps, l'authenticité à laquelle elle atteint aisément s'exprime selon des tonalités, des accords, des dissonances dont peut tirer usage quiconque s'attache à composer le plus harmonieusement possible les modulations de sa vie amoureuse.
    Le drame originel de la vie amoureuse, c'est qu'elle n'existe pas, si ce n'est en marge d'une existence dévolue à cette activité fondamentale qu'est la quête de la subsistance. Réduite à en passer par les filières bestiales de la prédation, que transcende la lutte quotidienne pour le pouvoir et le profit, elle ne nous échoit que dénaturée. Ainsi réinventer l'amour relève-t-il de la volonté subversive de dépasser la civilisation marchande en fondant sur l'être véritablement humain une civilisation vivante".
    R. V.

  • Roman tout de charme et de finesse, La Menace des miroirs est l'histoire d'une jeune femme qui tente d'exprimer, par la lumière de sa chambre - à la fois prétexte et symbole --, les nostalgies de l'enfance et les émois de la virginité.

    Sur le thème du passage et de la violence de l'incarnation, l'auteur nous fait partager son intense émotion.

empty