Edune

  • Angie M.

    ,

    L'inspecteur Bufka savait deux ou trois choses d'Angie Monde. De celles que l'on glane trop facilement auprès des professeurs, copains, copines, famille et voisinage proche. Personne n'avait rien vu. Personne n'avait rien compris. Elle si jeune, si douce et si jolie. Comment avait-elle pu ? Étienne Bufka savait qu'Angie Monde ne lui parlerait pas. C'était trop tôt, ou trop tard.

  • Paul Honfleur

    Alfred Rascal

    Dans le bureau d'un inspecteur de police, la confrontation entre un homme qui va devenir père et un ado qui n'a pas connu le sien.
    Étienne Bufka est un flic qui a vu défiler dans son bureau tout ce que l'humanit recèle de différence. Paul Honfleur est un adolescent pris en flagrant délit de cambriolage le jour de ses douze ans. Lors de la déposiion, Bufka est nerveux, sa femme est partie pour la maternité, et il attend de ses nouvelles. Pau Honfleur, lui, n'a pas connu son père, ou si peu...

  • " J'ai découvert la poésie sur les bancs de l'école. Ballade des pendus à connaître sur le bout des doigts. D'emblée, j'ai aimé les vers libres de François Villon implorant, au-delà de la mort, la compassion des coeurs sensibles. Depuis ce jour, le brigand poète ne m'a pas quitté. Au fil de la vie, bien d'autres l'ont rejoint. Pour faire ce livre, j'en ai dessiné quelques-uns. Préférant tirer le portrait de ces compagnons d'aventure que de m'enfoncer dans le pas illustrable de leurs proses. J'aime la poésie tout autant que les fleurs. Je sais dessiner les roses mais pas leurs parfums. Puisse ce livre entremêlé de traits, de couleurs, de sensations et de mots, devenir pour certains la clé de nouveaux mondes. " Rascal Dans ce recueil inhabituel, Rascal fait le portrait des poètes qui ont marqué leur temps et sa mémoire. Les portraits de ces douze poètes parmi les plus célèbres viennent illustrer des oeuvres qui nous bouleversent toujours autant.
    Pour cet hommage qu'il rend à la poésie, Rascal a eu recours à des techniques très différentes (pastel, linogravure, gravure sur bois...), montrant ainsi l'étendue de son talent.

    Dorénavant c'est avec son oeil que nous percevrons François Villon, Jacques Prévert, Verlaine, Boris Vian, Victor Hugo, Blaise Cendrars, Rutebeuf, Arthur Rimbaud, Raymond Queneau, Eugène Guillevic, Baudelaire et Apollinaire.

    Un album à mettre entre toutes les mains, des petits et des grands, pour revisiter des classiques du patrimoine poétique français.
    Rascal est devenu célèbre grâce à son talent d'auteur plus qu'à son talent d'illustrateur. Pourtant il s'est dirigé vers le livre par goût des images, de la peinture et du graphisme. Il a beaucoup dessiné avant d'écrire. Il a été sérigraphe, graphiste, affichiste lors d'une autre vie. Rascal est belge, francophone. Cela peut sembler sans intérêt lorsqu'il s'agit d'art, mais dans son cas, son appartenance à la culture belge est de son âme, de sa manière de penser, de son humour et surtout de sa sensibilité. L'univers ouvrier, les petites gens, son enfance, le gris du ciel et les bleus du coeur, les petites choses du quotidien et l'immense imagination inventée vers soi-même pour tout engranger afin de tout restituer, plus tard, avec poésie et nostalgie. Si la poésie fait intrinsèquement partie de son oeuvre, il a choisi ici de s'effacer pour laisser parler les plus grands.
    Aux Éditions l'Édune, il a écrit les textes de Paul Honfleur et Angie M., a partagé ses Pensées et a réalisé la lettre D de l'Abécédaire.

  • Une cité

    Eric Battut

    Au commencement était une montagne, encore agitée des soubresauts de la création.
    Puis des hommes s'y sont installés, cueillant et chassant pour se nourrir. Ils ont construit des maisons, cultivé des champs. Puis les premiers conflits sont arrivés, les premiers rois qui ont construit des châteaux, des temples. Et puis encore la guerre, les incendies, et la construction de villes, de routes et d'usines entraînant le travail à la chaîne et la suppression des pommiers et des champs... Jusqu'à la surprise finale : ce n'était qu'un jeu inventé par un enfant ! Un jeu, vraiment ? Dans cet album au décor constant mais cependant changeant, Éric Battut nous parle de nous, de notre terre et de son évolution avec, dans ses propos, un certain regret... Magnifique évocation de la grandeur et de la décadence qui ont marqué les siècles, jusqu'à considérer que tout cela, finalement, est comme un jeu qui se renouvelle et que reproduisent les enfants.
    Les dessins d'Éric Battut nous font traverser le temps à toute vitesse et possèdent une grande force d'évocation. La finesse des détails garde intacte la sensibilité de l'auteur et, ajoutée à l'immuabilité de la nature qui nous entoure nous fait réfléchir sur « Le jeu de la vie ». Un livre sur lequel la réflexion et la discussion qu'il entraînera répond aux volontés des éditions l'Édune.

  • U et V

    Régis Lejonc

    Régis Lejonc est un illustrateur reconnu et prolixe. Son talent est polymorphe. Il nous balade depuis une quinzaine d'années dans des univers absurdes, drôles, engagés, graves, poétiques ou intimes avec une même sincérité.

    Puisqu'il affectionne les jeux de mots, disons pour bien débuter que Régis est un conteur éclectique. Techniquement aussi, Régis Lejonc musarde. Il pioche dans sa mallette en fonction des besoins : pastels, crayon, feutres, fusain ou encre de chine. Il dessine de manière traditionnelle ou à l'ordinateur, directement à la souris. Aujourd'hui, le plus souvent, ses dessins sont un mélange des deux. Il ne s'agit ici que des illustrations de ses livres, laissant de côté, faute d'espace, le monde de la peinture où il débuta ou celui de la communication dans lequel il continue d'exercer ses talents. Cette grande variété dans son travail le rend difficile à circonscrire. Il en est certainement bien heureux. Car ce n'est pas là ce qui compte pour lui. (...)

  • À l'occasion de la célébration du tricentenaire de la naissance de Diderot, nous éditons cet album jeunesse qui « revisite » l'Encyclopédie dirigée par le philosophe au Siècle des Lumières. Nous avons choisi 11 thèmes (Agriculture, sciences, beaux-arts...), sélectionné 10 planches originales par thème, et nous avons demandé à 11 illustrateurs (11 en référence aux 11 tomes de planches de l'Encyclopédie) d'illustrer ces thèmes en réalisant chacun 6 illustrations « à la manière » des planches de l'Encyclopédie, en les actualisant à notre époque et en ajoutant la fantaisie et l'imaginaire propres à un album jeunesse. Le texte de l'album, rédigé sous forme d'articles, fait le lien entre les planches d'un même thème et entre les différents thèmes, en utilisant les renvois et références « inventés » par les Encyclopédistes. Madame Aline Beilin, agrégée de philosophie et spécialiste de Diderot, est la caution scientfique de l'album.
    L'album n'est donc pas une encyclopédie ni un documentaire mais bien un album jeunesse qui permet une introduction aux valeurs du Siècle des Lumières portées par les philosophes de cette époque : Diderot, Rousseau, Voltaire...

  • Quelle que soit sa forme, la vie a toujours sa place dans la nature, et elle apporte sa contribution à son équilibre. Grand prédateur, oiseau éblouissant ou petite chenille, tous ont leur intérêt.

    Au milieu de la grande forêt, parmi les arbres gigantesques et les plantes luxuriantes, minuscule, insignifiante aux yeux des habitants de la forêt (jaguar majestueux, oiseau multicolore ou crocodile puissant), Édith la chenille se sent abandonnée. Mais il lui reste ses sens aiguisés qui lui permettent de se singulariser et de vivre sa métamorphose. Elle deviendra papillon aux couleurs chatoyantes le temps d'apporter sa contribution éphémère à la beauté de la nature.

  • Paradiso

    ,

    " Maurice M Mona " disent tes oiseaux qui ne se trompent jamais.
    Maurice ou 9ème étage, Mona au 8ème. " On n'est pas mariés mais on a déjà la même adresse ", dit Maurice te poète qui s'ignore. " Le voisin Le plus marrant de la terre ! ", lance Mona. " Poésie ! Ecris-lui de ta poésie ! ", conseille Pablo à son jeune ami... et dès la première scène on est au cinéma ! Sur l'écran passe un grand film d'amour dans lequel un garçon inspiré écrit pour la Mlle qu'il aime, Mona sa muse...
    Heureusement, il y a Pablo et son livre. Heureusement, il y a ces deux-là sur l'échafaudage, eux et Leur parade poétique... Heureusement, il y a le cinéma, la poésie... et l'amour !

  • J et K

    Séverine Assous

    Attention OVNI ! Avec Séverine Assous il faut aimer les surprises, l'inattendu... En tout cas, son style ne peut pas laisser indifférent : soit on aime, soit on déteste. Cette illustratrice a été sensibilisée à l'art dès l'enfance par sa mère professeur de dessin.

    Elle a poursuivi le rêve de devenir artiste à son tour en étudiant aux Arts décoratifs de Paris. Séverine se passionne alors pour la gravure et la sérigraphie, expose à la Villette ou à la Cité internationale des arts avant de se consacrer à l'illustration. Elle est directrice artistique dans une agence de publicité et développe parallèlement son travail personnel, aussi bien pour la commande publicitaire que la presse ou l'édition jeunesse. Séverine Assous est une illustratrice de son temps, armée des outils de son époque. Alors suivons la à présent...

    (...)

  • L

    Ingrid Monchy

    Ingrid Monchy est une artiste sachant aussi bien dessiner que graver, modeler que photographier. Elle aurait tout aussi bien pu être artisan, peintre, sculptrice ou graphiste mais elle a plutôt choisi l'illustration... Ou peut- être l'illustration l'a choisie au gré de son appentissage, et surtout de ses rencontres.

    Après une formation tournée vers la céramique industrielle à Olivier De Serres à Paris et une formation en communication-illustration aux Arts décoratifs de Strasbourg, elle part six mois dans une école d'Arts appliqués à Hambourg en Allemagne, puis décide d'inspirer son projet de fin d'études au Mexique. Au travers de ses voyages au Japon, aux États-Unis, en Tchéquie, Pologne, Roumanie ou encore en Laponie, Ingrid a appris la patience de ceux qui savent qu'à la fin tout prend sens. Et si la destination est floue, la route n'en demeure pas moins belle.

    (...)

  • Le climat de peur et d'insécurité créé par un acte barbare est une injustice terrible et un vol de l'enfance.
    Le ciel n'est pas souvent bleu dan la cité et il n'y a guère que Hakim pour chanter à tue-tête que son papa il est beau, que son papa c'est le soleil. Hakim a trente-huit ans, il est il est un peu l'idiot du village. Il est surtout l'Apache le plus drôle que les enfants connaissent ! Chaque jour, il vient jouer aux indiens avec ses camarades de CM2 jusqu'à cette terrible nuit.

  • O

    Claire Franek

    Claire Franek est auteur(e) et illustratrice ou l'inverse. Son trait est sa voix et son dessin, sa tonalité. C'est une artiste formée aux écoles d'Arts Appliqués d'Estienne et d'Olivier de Serre . Elle étudie dès le début avec sa grande amie Nathalie Choux. Les deux complices poursuivent leurs études à l'école des marionnettes de Prague pour finalement intégrer les Arts Décoratifs de Paris. Elles se partagent alors en bonnes copines les deux places vacantes : Nathalie ira en illustration et Claire en scénographie. Du coup, après son diplôme, elle se dirige naturellement vers le monde du spectacle et rencontre ainsi Michel Bouvet, grand affichiste, qui lui propose du travail en tant qu'illustratrice. Elle fait ses premières armes en illustrant pour la presse. C'est ainsi que les éditions de la Martinière lui confient l'illustration de deux titres de la collection Oxygène. Claire prend goût à l'édition jeunesse et cherche à rencontrer Marie Lalouette des éditions Casterman et Olivier Douzou des éditions du Rouergue. De ces deux rencontres déterminantes naissent ses deux premiers albums. Depuis, Claire Franek produit avec régularité des livres chez nombre d'éditeurs, mais aussi des cartes postales et des tee-shirts... Quel que soit le support, son style à la fois drôle et coloré est aujourd'hui parfaitement identifiable dans la masse des images imprimées.

  • Q et R

    Céléstin

    Célestin est un prénom singulier, prénom d'un autre temps, devenu un label de qualité en matière de graphisme. S'il n'a pas encore atteint l'apogée de la reconnaissance, ce n'est qu'une question de temps.

    Célestin exerce son métier depuis plus de 10 ans sans défaillir. Il est passé par bien des chemins avant de s'imposer comme l'un des tout meilleurs graphistes bordelais. Attiré par le dessin depuis l'enfance, sorti manu-militari de l'école en 3ème pour faire un apprentissage de coiffure, son parcours n'est pas classique. Il s'est heurté dès les prémices de sa vocation au discours plombant des « professionnels » qui dissuadent, souvent malgré eux, les apprentis rêveurs à devenir artistes. Dans son cas, ça lui a coupé les ailes et il lui a fallu tour à tour être barman, ostréilculteur, père Noël ou encore coursier avant de suivre une formation menant à un BTS d'expression visuelle à l'école Brassart de Tours d'abord, puis à Bordeaux où il réside encore aujourd'hui. Il s'est directement lancé comme graphiste indépendant avant même de soutenir son diplôme et a finalisé sa formation au contact d'agences de communication bordelaises comme Captain Studio ou POA Plume. Célestin est un graphiste qui porte sa profession au-delà de sa définition première. En effet, dans son cas, le graphisme est le réceptacle de ses talents : son dessin, son sens typographique, ses photographies... un mode d'expression propre qui le rapproche plus d'un auteur que d'un maquetiste.

  • D

    Rascal

    Rascal est devenu célèbre grâce à son talent d'auteur plus qu'à son talent d'illustrateur. Pourtant il s'est dirigé vers le livre par goût des images, de la peinture, du graphisme. Il a beaucoup dessiné avant d'écrire.

    Il a été sérigraphe, graphiste, affichiste lors d'une autre vie. Rascal est belge, francophone. Cela peut sembler sans intérêt lorsqu'il s'agit d'art, mais dans son cas, son appartenance à la culture belge est de son âme, de sa manière de penser, de son humour et surtout de sa sensibilité. L'univers ouvrier, les petites gens, son enfance, le gris du ciel et les bleus du coeur, les petites choses du quotidien et l'immense imagination inventée vers soi-même pour tout engranger afin de tout restituer, plus tard, avec poésie et nostalgie.

    Si on regarde d'un peu plus près le travail d'illustrateur de Rascal, on remarque tout de suite l'aspect rétro de ses codes graphiques. Cette volonté lui est propre, mais renvoie aussi vers une tradition très belge (...)

  • G

    Richard Guérineau

    Richard Guérineau est une référence du monde de la bande dessinée. Il est l'un des rares grands dessinateurs « réalistes ».
    Il a dessiné 11 tomes du « Chant des Stryges », l'une des séries phares des éditions Delcourt. Il a fait une école de dessin à Nantes, est passé par la « fac » d'Arts plastiques de Bordeaux avant de rencontrer Éric Corbeyran avec qui il collabore depuis plus de 10 ans. Il a ainsi concrétisé un rêve d'enfance, époque où il recopiait les personnages de ses BD préférées (Tintin, Lucky Luke, puis Cartland, Blueberry...).

    Autant Richard est connu et reconnu en BD, autant il ne l'est pas du tout en illustration. Pourtant il s'y prête volontiers pour nombre d'ex-libris, port-folios et autres couvertures de romans. Avec sa participation à l'ABÉCADAIRE, Richard nous ouvre le champ de son talent d'illustrateur.

    Le parti pris graphique de Richard Guérineau sur son imagier est faussement classique. Il a choisi deux techniques qu'il confronte : la photographie et le dessin numérique. Il sélectionne des mots qui font sens en vis-à-vis, soit graphiquement, soit par leur sonorité ou leur évocation. Il explore ainsi ses souvenirs et les petites choses de sa vie.

    (...)

  • Dieux

    ,

    C'est l'histoire de tous les Dieux de la terre, qui se jalousent pour une parcelle de pouvoir, aussi minime soit-il, et qui, dans leurs querelles, détruisent tout sur la Terre, hommes compris. Qu'un petit Dieu fasse de l'ombre à un plus grand, et c'est aussitôt des conflits entre eux, sans qu'ils tiennent compte des désastres occasionnés. Et ceux qui en subiront les conséquences sont les hommes qui, après tout, les ont créés...

  • « Des merveilles absolument inutiles donc résolument indispensables » (Alfred) Dans la même lignée que Les pensées sont des fleurs comme les autres, du même auteur, voici les « pensées profondes » poético-humoristiques de Rascal. Il s'agit d'organiser la rencontre de la poésie et de l'humour, sans forcément prétendre au label sacro-poétique. Des textes courts qui proposent des images malignes, malicieuses... Une poésie du bouche à oreille, une poésie qui voit plus loin que le bout de son nez et regarde le lecteur droit dans les yeux, tout cela sans pour autant (surtout pas) se prendre la tête ! Une poésie documentaire, un détournement des savoirs scolaires... Une rencontre adulte enfant. Une poésie qui se rit d'elle-même En résumé, il ne s'agit pas d'écrire de la poésie en s'amusant mais plutôt de s'amuser de nos pensées et que cela prenne éventuellement une dimension poétique.

  • Voici livrée à votre sensibilité une véritable somme de pensées profondes.
    D'aucuns y verront un exercice de style sympathique destiné à égayer les emballages de papillotes, d'autres auront la naïveté suffisante pour y trouver de la poésie. Certains étiquetteront ces bizarreries du label neutre mais technique de "formes brèves", mais leurs voisins, ou leurs frères peut-être, s'enthousiasmeront pour ces leçons de choses un rien décalées.

  • ABCDessiné

    Collectif

    Nouvel et dernier album de la collection l'ABéCéDaire.
    Ce dernier album, à destination des enfants à partir de 3 ans, regroupe les 26 lettres de l'alphabet. Les 21 illustrateurs de la collection l'ABéCéDaire se sont vus redistribués les lettres de l'alphabet ; 5 nouveaux illustrateurs (Benjamin Chaud, Laurent Richard, Kitty Crowther, Steven Burke et David Merveille) les ont rejoint pour réaliser cet album. Chacun a utilisé une double page pour dessiner la lettre et un mot commençant par celle-ci. On retrouve l'esprit ludique et graphique de la collection. Cet album a pu être réalisé grâce au soutien du réseau des médiathèques de la ville de Nanterre.

  • Avec « Des matous partout », les éditions l'Édune font une incursion dans l'univers des tout-petits.
    Une bande de chats aussi joufflus que facétieux est pourchassée par un jeune enfant déluré. Les matous semblent animés de leur propre vie, bondissant de page en page jusqu'à s'en échapper. Une course poursuite qui ressemble fort aux jeux des petits (attrape-chat, chat perché). Les références à l'univers enfantin sont d'ailleurs omniprésentes, sous la forme de ritournelles (la répétition du 1,2,3 marque le rythme), d'allusions à des chansons et comptines ou encore d'emprunts aux contes comme le Chat botté. Au final, un rythme endiablé pour ce récit musical et amusant que souligne un trait enlevé non dénué d'humour.

  • A

    Olivier Latyk

    Olivier Latyk est un illustrateur précoce. Il a fait les Arts Appliqués à Paris, puis les Arts Décoratifs de Strasbourg (l'une des référence en matière d'enseignement de l'illustration). Il y rejoint entre autres Mathieu Sapin, Benjamin Chaud, Irène Schoch ou Gaétan Dorémus. Olivier a publié son premier ouvrage alors qu'il était encore étudiant et n'avait pas 20 ans.

    Il n'a cessé depuis de produire pour la presse, la publicité, le loisir créatif, illustrer des documentaires, des couvertures, des romans jeunesse et bon nombre d'albums chez Nathan, Albin Michel, Casterman ou Milan... Son travail est apprécié en Angleterre et aux États-Unis. Sa bibliographie est impressionnante et la qualité de ses images irréprochable.

    Olivier Latyk est un illustrateur au sens le plus fidèle de sa définition : il représente le sujet afin de le compléter, de le rendre plus clair, plus attrayant : il le met en lumière. Peu importe le sujet d'ailleurs, son travail saura l'éclairer et transcender le propos. C'est à cela qu'on reconnaît les grands illustrateurs.

    (...)

  • B

    Alfred

    Alfred fait parler de lui, de plus en plus, grâce à son travail d'auteur, à ses choix, à sa capacité de toujours surprendre ses lecteurs. Il décroche louanges et attentions après dix ans d'exercice en bande dessinée. Il est pourtant parti de loin, avec courage, insouciance même, il ouvre son petit bal personnel par la création d'une maison d'édition faite main, sur mesure pour son apprentissage : les éditions Ciel Éther. Il touche ainsi à tous les aspects de la fabrication du livre et avance à son rythme jusqu'à ce que d'autres éditeurs lui fassent confiance. Il est vite repéré et devient l'un des auteurs phare des éditions Delcourt avec qui il poursuit une oeuvre variée, riche et sensible pour tout public.

    Alfred s'est pris en main dès le début et trace son chemin à la force de son talent.

    L'univers graphique d'Alfred est en perpétuelle mutation. Une mutation progressive suivant le rythme de parution de chaque album. Chaque livre lui ouvre une porte vers le suivant. Alfred déteste la routine. Il ne fait pas ce métier pour s'ennuyer. Il veut se surprendre et nous surprend par conséquence. Quand il ne cherche pas à faire du beau, le beau le rattrape quand même. Car Alfred est un être à vif qui traduit ses états d'âme dans ce qu'il fabrique, qui sait faire passer ses émotions avec un instinct qui ne le trompe pas. Il ne détient aucune vérité mais est toujours juste.

    (...)

  • C

    Henri Meunier

    Henri Meunier a un drôle de parcours. Après des études en faculté d'Arts Plastiques, il abandonne sa vocation pour devenir travailleur social. Il revient vers la création par l'écriture d'abord, puis l'illustration à destination de la jeunesse. Il se fait vite reconnaître par la qualité, l'exigence et l'engagement de ses textes qu'il illustre lui-même, ou bien qu'il confie à d'autres. Il aime reprendre à son compte ou détourner les contes classiques pour y insuffler son regard moderne.

    Graphiquement il repousse sans répit les limites de ses apprentissages pour chercher toujours plus loin la forme qui produira le fond. Henri Meunier est un explorateur et le territoire qu'il défriche est vaste et inattendu.

    Le travail d'illustration d'Henri Meunier est varié car c'est la variété de ses sujets qui le guide. Il recherche systématiquement la forme qui conviendra à son récit. Il navigue ainsi de la gouache au collage, de l'utilisation de tampons au dessin au trait, de l'image numérique à la colle de peau, de la sérigraphie à la peinture au couteau... (...)

empty