Beaux livres illustrés / Carnets de voyage

  • L'Islande, petite île nordique, est connue pour ses paysages spectaculaires, composés d'éléments indomptables : l'eau, le feu, la terre et le vent.
    Christian Krug est un journaliste allemand qui fut rédacteur en chef du magazine Stern jusqu'en 2018. Passionné par l'Islande et par son peuple, il a rassemblé de nombreux témoignages pour le magazine Stern avant de publier son livre Islande, illustré par le photographe Michael Poliza.

  • Les mangeurs de ville ; Reykjavik Nouv.

    Nous sommes à l'automne 1998, et de cet îlot perdu dans une immensité d'eau salée à la limite du cercle arc- tique, j'ignore alors tout, ou presque. J'ai l'impression de débarquer dans un conte de fées. Plages de sable noir, champs de lave, sols craquelés et fumants, vertes prairies, roches volcaniques recouvertes de mousse, collines chatoyantes... Comment rester insensible à tant de charmes ? Même l'odeur prégnante de soufre me réjouit.
    Je barbote dans les sources d'eau chaude, emplis mes poumons d'air frais jusqu'à l'étourdissement, m'abîme en contemplation devant les fjords profonds, arpente les rues de l'attachante et bouillonnante Reykjavik... un bonheur ne venant jamais seul, les aurores dansent gracieusement dans le ciel nocturne. Touchée en plein coeur.
    Seule ombre au tableau : l'Islande n'est alors certainement pas un paradis pour gourmet et je reste... sur ma faim. La cuisine est simple, rustique et généreuse. Au cours de cette première visite, j'explore de nombreux res- taurants, des chics, des traditionnels, des gargotes. Je goûte, expérimente, picore ou dévore, sans que jamais mes papilles ne connaissent un émoi profond. Les plats remplissent leur devoir, ni plus ni moins : ils nourrissent.
    « Des côtes de mouton aussi larges que la paume d'une main, des galettes de seigle enduites de graisse rance et surmontées d'une tranche d'andouille surette, une tête de morue desséchée, du boudin noir conservé dans de la saumure, du poisson séché, du fromage blanc mélangé à de la bouillie d'avoine et un morceau de sucre candi brun », voilà à quoi je réduirai volontiers la cuisine islandaise si ce n'est son poisson frais et simplement exquis, sa succulente soupe d'agneau, son pain noir et son skyr : les fondamentaux. Des plats caricaturaux, un peu ternes, bourrus même, qui ne pouvaient nullement s'enorgueillir d'être le reflet fier et authentique d'un peuple. Mais depuis les choses ont bien changé. Un souffle nouveau ébranle la scène gastronomique islandaise.
    Lors de mes premiers voyages, jamais je ne me serais imaginée retourner en Islande pour sa seule gastronomie.
    Et pourtant, m'y voici !

  • Destination mythique, l'Islande est réputée pour le grandiose de ses paysages sauvages. Mais pour véritablement découvrir ce pays, il faut l'envisager orchestré par le jeu des saisons. Et en Islande, elles ne sont que deux !
    Un court été baigné par les lumières éternelles du soleil de minuit. Le pays s'emplit alors de vie et de millions d'oiseaux migrateurs qui offrent l'une des plus belles biodiversités de la planète. C'est la saison où les déserts s'ouvrent à la curiosité des voyageurs en quête de solitudes volcaniques. C'est le moment où cette terre digne des premiers actes de la genèse livre ses plus belles lumières magnifiées par une météo tellurique.

    Puis vient un long hiver dont la prédominance de la nuit n'est interrompue que par la sublime danse des aurores boréales. L'hiver est aussi le révélateur d'une autre Islande. Celle où le vert fluorescent des mousses laisse la place au blanc de la neige. Celle des levers et couchers de soleil qui durent des heures. Celle de la vie des communautés de pêcheurs qui partent écumer les eaux poissonneuses des confins de l'Atlantique Nord et de l'océan Arctique...
    C'est cette vision originale riche de couleurs, de lumières, d'ambiances et de vie, révélatrice de la véritable diversité de l'Islande qu'a imaginé Arnaud Guérin, photographe, naturaliste et géologue, après 65 voyages sur cette île envoûtante.

  • Quatre saisons en Islande

    Olivier Joly

    • Favre
    • 3 Octobre 2019

    Réédition enrichie et augmentée suite au grand succès de l'édition précédente, sans changement de prix.

    PRINTEMPS : Chaque saison débute par un texte double page avec photos. Ici, le printemps est envisagé comme métaphore d'une île jeune, en pleine évolution géographique et humaine, changeante, vibrante, avec le retour des oiseaux et les tapis de fleurs.
    ETE : L'intérieur de l'île s'ouvre enfin. Les déserts sont accessibles, les trekkeurs arpentent les sentiers et les glaciers, les rivières gonflent et déferlent dans les vallées. Eloge de l'Islande terre d'aventure.
    AUTOMNE : C'est la saison de la transhumance des moutons. Récit d'une très ancienne coutume islandaise, le réttir, lorsque les fermiers partent à l'assaut des vallées reculées, à cheval, pour aller chercher leurs bêtes...
    HIVER : Les cascades se figent, les trois-quarts de l'île hibernent, couverts de neige. Récit de voyage, mais aussi évocation de l'hiver comme métaphore des défis qui attendent l'Islande: protéger la nature ou exploiter l'incroyable potentiel hydroélectrique, contrôler le tourisme, rester soi-même dans un monde en pleine évolution.
    PRATIQUE : textes courts avec cartes et photos à l'appui pour partir à la découverte des sites incontournables du pays, les choisir et les repérer pour organiser sa visite :
    - Volcans: les plus beaux champs de lave.
    - Géothermie: solfatares, marmites de boue...
    - Faune: où observer les baleines, les renards, les macaques...
    - Chevaux: où randonner à cheval, observer le grand rassemblement annuel...
    - Piscines et bains naturels.
    - Un tour des cascades...
    - Où trekker et se loger de manière originale...

empty