Rhône-Alpes

  • Le Dauphiné compte non pas un, ni deux, mais trois départements : Hautes-Alpes, Isère et Drôme. Cette variété de territoires s'accompagne d'une richesse géographique et culturelle, que l'on retrouve dans les productions agricoles et qui transparaît jusque dans l'assiette. Pintade de la Drôme à la clairette de Die, gratin dauphinois, tarte aux noix, soupe des bergers des Hautes-Alpes, salade aux tourtons du Champsaur, cardons à la moelle, pogne de Romans. La cuisine dauphinoise possède la force des montagnes et la chaleur du Sud.

  • Avec les meilleurs produits du terroir lyonnais - volaille de la Bresse, fruits des Monts du Lyonnais, truffe du Tricastin, cardon de Vaulx-en-Velin, Saint-Marcellin, sans oublier les charcuteries et les cochonnailles... - ce carnet vous dévoile des recettes authentiques et traditionnelles. Une cuisine chaleureuse et conviviale, basée sur l'authenticité des produits, qui s'apprécie dans la joie et la bonne humeur

  • Grâce aux produits de la montagne, des lacs, à la qualité des produits laitiers, aux fruits rouges ou encore aux champignons des sous-bois, en Savoie, la cuisine est particulièrement riche et diversifiée. Les plats sont typiques et populaires tels que la tartiflette ou encore la fondue ; plus intimes comme les crozets accompagnant diots ou pormoniers, ou pittoresques comme la pela, le matafan, l'épogne, les rioutes, le bescoin...
    C'est une vraie cuisine de terroir, à l'âme rustique et influencée par ses deux régions voisines, l'Italie et la Suisse. Se situant ainsi sur un trajet commercial, la Savoie fut une des premières régions françaises à découvrir et adopter les épices importées, comme le cumin, la muscade ou le safran, largement utilisés aujourd'hui dans de nombreuses recettes emblématiques.
    La Savoie évoque aussi une grande diversité de vins, alcools et liqueurs (Roussette, Apremont, Mondeuse... Génépi, Chartreuse, Gentiane... ou encore liqueurs de myrtilles et de fruits rouges) qui de plus en plus rivalisent avec les grands.

  • La cuisine des Alpes

    Collectif

    • Ngv
    • 14 Septembre 2017

    Après une belle journée de ski ou une longue randonnée en montagne, qui ne rêve pas de se retrouver dans une auberge rustique pour se régaler de bons plats typiquement montagnards ? Crêpes fourrées au fromage, galettes de pommes de terre au lard fumé, tartines de cèpes grillés... la cuisine des Alpes regorge de recettes savoureuses et variées, copieuses et faciles à cuisiner. Avec cet ouvrage, laissez-vous entraîner dans un voyage gastronomique à travers les Alpes de l'Europe centrale, de l'Autriche au nord de l'Italie en passant par la Bavière, et découvrez le bon goût de plats traditionnels qui font partie intégrante de la cuisine des Alpes.

  • « Lyon est la capitale mondiale de la gastronomie, car ici la cuisine atteint tout naturellement ce degré suprême de l'art : la simplicité », s'exclame Curnonsky en 1934, en sortant d'un copieux dîner chez Vettard. Plus tard, il confirme son jugement : « J'ai mangé dans presque tous les restaurants de France et de Navarre, et je n'ai jamais mieux mangé qu'à Lyon ».
    Les célèbres mères lyonnaises qui faisaient saliver le « prince élu des gastronomes » ont depuis longtemps rangé leurs casseroles, mais leur souvenir reste fort dans une ville où l'on sait se tenir à table et où la gastronomie apparaît comme une permanence. Cette tradition n'est pas nouvelle : les Romains vantaient déjà les vertus de la cuisine lyonnaise alors que, plus tard, Rabelais tenait souvent table ouverte dans les auberges de Lyon. La ville reste une capitale de gueule, dont le meilleur ambassadeur est depuis de longues années Paul Bocuse, universellement connu des gourmets.
    Aujourd'hui, une nouvelle génération de chefs, qui nous ont livré leurs recettes, vient conforter la position enviable d'une ville où l'on sait ce que bien manger veut dire. Jeunes, imaginatifs sans renier une certaine tradition, ils savent bousculer les habitudes pour séduire leur clientèle. Avec Philippe Gauvreau (deux étoiles au Guide Rouge) et Nicolas Le Bec (chef de l'année 2002 pour GaultMillau), ils sont onze, dont une femme, Sonia Ezgulian, qui assure le relais avec les mères d'hier.

  • Ouvrage d'esprit naturaliste, témoignant d'un certain art de vivre par l'observation des plantes sauvages qui nous entourent.
    Depuis qu'il existe, l'Homme a puisé son alimentation dans la nature ;
    Puis il a cultivé et élevé les espèces nourricières, et maintenant qu'il achète des produits aux goûts standardisés, il semble avoir oublié une partie des saveurs d'origine.
    Au gré des étapes végétales haut-savoyardes, garant d'un biotope diversifié, l'auteur Patrick Loste nous fait pénétrer le secret de plantes sauvages comestibles aux mille et une vertus et saveurs.
    Une approche des sens où s'entremêle connaissances et émotions, relation subtile entre l'Homme et la Nature.

empty