Glenat

  • 1940, l'armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s'en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d'aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l'adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n'hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu'autorise l'occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l'innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie.

    Décédée en 2008, déclarée Juste parmi les nations en 1965, Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, fut l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre Mondiale, sauvant près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie. Et pourtant elle est oubliée des livres d'Histoire... C'est en lisant par hasard un article sur elle que Jean-David Morvan a eu le déclic : sa vie devait être racontée. Avec Séverine Tréfouël et David Evrard, il retrace sur trois albums le combat humaniste de cette « mère des enfants de l'Holocauste. » Porté par un dessin d'une grande sensibilité, Irena réussit le tour de force de parler sans lourdeur d'un sujet fort, poignant et profondément actuel... Toucher, émouvoir, parler d'hier pour raconter aujourd'hui...

  • Un orgueil aveuglant. Un drame retentissant.778. Charlemagne, conquérant des royaumes germaniques, souhaite désormais s'établir comme véritable «Défenseur de la foi du Christ». Face à l'Empire Islamique, il veut mettre en place une nouvelle ligne de front au sud des Pyrénées. Les troupes du plus puissant monarque que l'armée des Francs n'ait jamais connu se dirigent alors vers Saragosse dans le but de soumettre la grande ville du nord hispanique. Mais, trahi par les Sarrasins une fois sur place, la furie de Charlemagne le pousse à commettre l'erreur de sa vie.Chroniques de Roncevaux narre l'épopée de Charlemagne et de Roland en Hispanie. L'histoire d'une conquête aveugle et désastreuse qui connaît son point d'orgue au coeur de la dramatique bataille de Roncevaux. Celle qui fit de Roland une légende et inspira la plus importante chanson de geste de tous les temps: laChanson de Roland.

  • L'histoire vraie d'une héroïne oubliée.

    1940, l'armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s'en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d'aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l'adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n'hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu'autorise l'occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l'innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie.

    Décédée en 2008, déclarée Juste parmi les nations en 1965, Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, fut l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre Mondiale, sauvant près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie. Et pourtant elle est oubliée des livres d'Histoire... C'est en lisant par hasard un article sur elle que Jean-David Morvan a eu le déclic : sa vie devait être racontée. Avec Séverine Tréfouël et David Evrard, il retrace sur trois albums le combat humaniste de cette « mère des enfants de l'Holocauste. » Porté par un dessin d'une grande sensibilité, Irena réussit le tour de force de parler sans lourdeur d'un sujet fort, poignant et profondément actuel... Toucher, émouvoir, parler d'hier pour raconter aujourd'hui...

  • L'héroïsme est le combat de tous.

    1983, Jérusalem. Voilà 18 ans qu'Irena a été reconnue Juste parmi les nations par le peuple d'Israël. Pour autant, ce n'est qu'aujourd'hui qu'un arbre est planté en son honneur à Yad Vashem... Une reconnaissance tardive qui vient permettre à cette femme humble de continuer le récit de sa vie héroïque. Les derniers mots de son histoire sont dédiés au docteur Janusz Korczak qu'elle a connu, médecin et écrivain polonais qui a délibérément choisi d'accompagner les enfants de son orphelinat au camp de Treblinka...

    Découvrez la conclusion émouvante de cette série poignante et d'utilité publique : le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale. Ce cinquième volume est préfacé par Marek Halter.

  • L'histoire vraie d'une héroïne oubliée.

    1947. Bien que l'Allemagne nazie soit tombée, le cauchemar pour les Juifs d'Europe n'est pas terminé. Persécutés par les communistes, abandonnés par les Alliés, leur route vers la terre promise d'Israël a encore des allures de long calvaire... Cette réalité, la jeune Oliwka la découvre brutalement lorsqu'on lui apprend qu'elle avait été confiée, encore bébé, à une famille adoptive pendant la guerre. Que sa véritable identité avait été changée pour échapper aux nazis. En réalité, elle s'appelle Astar Berkenbaum. Elle est juive. Et comme des milliers d'enfants, elle ne doit la vie sauve qu'à une femme : Irena Sendlerowa.

    Série poignante et d'utilité publique, Irena nous raconte le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale. Ce troisième et dernier volume nous raconte la fin de son enfer en prison, mais aussi le début d'un autre combat : celui pour le salut de ses enfants au sortir de la guerre.

  • Le combat continue...

    Nous sommes en 1983 à Yad Vashem, au mémorial de la Shoah à Jérusalem. Irena a enfin été autorisée par les autorités communistes Polonaises à venir planter son arbre dans l'allée des Justes parmi les nations. 18 ans après avoir été honorée. C'est ici qu'elle rencontre une jeune femme qu'elle a sauvée, et sa petite fille. Irena leur raconte son histoire, son retour de l'enfer de la torture en 1944, à Varsovie, la fin de la guerre... et le début d'un autre combat.

    Les auteurs poursuivent cette série poignante et d'utilité publique : le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale.

  • Un monument historique. Un drame national.

    Paris, le 15 avril 2019. Vers 18h20, un feu démarre sous la charpente de Notre-Dame de Paris. Une demi-heure plus tard, l'incendie se généralise à l'ensemble de la cathédrale. Et malgré l'intervention acharnée et héroïque des pompiers, l'impensable finit par se produire : la flèche, oeuvre de l'architecte Viollet-le-Duc, s'effondre dans un déluge de débris, de fumée et de flammes. Les yeux du monde entier assistent alors, impuissant, à ce qui pourrait devenir la destruction en direct de l'un des plus grands fleurons du patrimoine de l'humanité.

    À travers cette bande dessinée, revivez heure par heure les circonstances du drame et tentez de mieux comprendre. Par touches, revivez également les moments-clés de la construction de Notre-Dame et plongez au coeur de l'histoire de ce monument, qui reste l'un des plus visités au monde à l'heure actuelle.

    Réalisé en soutien de la fondation Notre-Dame (à qui sera reversé 1€ pour chaque album vendu), cette bande dessinée bénéficie de la caution historique de Stéphane Bern, co-rédacteur d'un dossier pédagogique de 8 pages en fin d'album.

  • Redécouvrez notre patrimoine de façon ludique.

    Tout notre patrimoine, territorial, gastronomique ou culturel évoque des saints populaires : du Mont Saint-Michel à Saint-Tropez, en passant par Saint-Emilion ou Saint-Nectaire... Ces noms nous sont si familiers que leurs origines ont été oubliées ou restent obscures... Savez-vous que Martin est le nom de famille le plus porté en France ? Pourquoi invoquer Saint Antoine de Padoue quand on a perdu ses clés ? Saint Fiacre, le patron des jardiniers, a-t-il vraiment existé ? « S'il pleut à la Saint Médard, il pleut 40 jours plus tard », dit le dicton, mais qui était vraiment ce saint qui fait la pluie et le beau temps ? Connaissez-vous Benoît Joseph Labre, ce SDF que l'Église a canonisé ?

    Entre anecdotes authentiques ou légendaires, itinéraires édifiants et culte populaire, ce livre, à la fois guide et bande dessinée, propose de découvrir ou redécouvrir l'histoire des saints à travers l'humour décalé de Laurent Bidot et la plume éclairée de la journaliste Raphaëlle Simon. Une manière de se cultiver tout en riant, pour redécouvrir finalement le discret mais immense héritage de ces chrétiens exemplaires.

  • Rome l'éternelle, la magnifique, a été dessinée quartier par quartier, rue par rue, bâtiment par bâtiment, fenêtre par fenêtre, par le stakhanoviste Gilles Chaillet sur un magnifique et somptueux plan la reconstituant au 4ème siècle de notre ère.
    Un travail de titan de plus de 5000 heures de réalisation, de 3000 heures de mise en couleurs et quasiment toute une vie de recherche et de documentation pour arriver enfin, et avec jubilation, au bout de cette oeuvre sans commune mesure.
    Dans la Rome des Césars vous est présenté sous deux versions : un port-folio limité à 1000 exemplaires montrant le plan dans son format réel de 3m25 x 2m en plusieurs panneaux accompagnés de la nomenclature des rues, et un magnifique livre d'environ 200 pages retraçant le circuit de Flavien, héros de la bande dessinée La Dernière Prophétie de Gilles Chaillet dans la ville de Rome, accompagné du plan détaillé, bien évidemment. Un Grand OEuvre, au sens le plus noble du terme !

  • a lyon, comme ailleurs en france, les insurrections marquent la fin du xviiie siècle.
    pendant la révolution française, les lyonnais se lèvent contre la menace jacobine. en représailles, la ville, menacée d'être rasée, subit le terrible siège de 1793. en 1831 et 1834, ce sont les canuts, las d'être exploités au nom du libéralisme économique, qui se révoltent, sans succès. en 1848, lorsque la deuxième république est proclamée , les ouvriers s'emparent des casernes, sans plus de réussite.
    les communes indépendantes de la croix-rousse et de la guillotière, foyers de ces révoltes, sont rattachées à lyon sous napoléon iii. la ville connaît ensuite de profondes transformations, notamment sous l'impulsion du préfet vaïsse et de maires comme jean-françois terme (à qui la france doit le " trottoir "), edouard herriot et louis pradel. les romains ne s'étaient pas trompés en choisissant le site stratégique où ils avaient implanté lugdunum : deux mille ans plus tard, la ville de lyon continue de faire fructifier son héritage, fière d'être reconnue en tant que cité internationale.

  • Aymar de Bois-Maury poursuit une quête impossible... Revoir un jour les tours de son château ! Des chemins de l'Europe aux terres de Palestine, il affronte moult épreuves et défis avec la ferme conviction qu'il retrouvera un jour le domaine dont on l'a spolié... "Hermann" fait de cette série un chef-d'oeuvre de narration où la puissance de son dessin conduit le lecteur dans un Moyen Age de sang et de poussière, de chaleur et d'or... Une série qui trouve aujourd'hui un second souffle en puisant dans le sang chevaleresque qui coule dans les veines des descendants d'Aymar de Bois-Maury.

  • Aymar de Bois-Maury poursuit une quête impossible... Revoir un jour les tours de son château ! Des chemins de l'Europe aux terres de Palestine, il affronte moult épreuves et défis avec la ferme conviction qu'il retrouvera un jour le domaine dont on l'a spolié... "Hermann" fait de cette série un chef-d'oeuvre de narration où la puissance de son dessin conduit le lecteur dans un Moyen Age de sang et de poussière, de chaleur et d'or... Une série qui trouve aujourd'hui un second souffle en puisant dans le sang chevaleresque qui coule dans les veines des descendants d'Aymar de Bois-Maury.

  • Une grande histoire d'anticipation réalisée entre 1937 et 1938 par "René Pellos", le dessinateur des "Pieds Nickelés". Un monde imaginaire poétique et surréaliste digne de "Jules Vernes" et "Méliès".

  • Henri de Navarre a besoin d'hommes d'armes pour conquérir le royaume, asseoir son pouvoir et devenir Henri IV. Afin de résister aux différents complots suscités par la haine ou la jalousie qui pourraient peser contre lui, il s'offre les services de deux mercenaires allemands. Les Chemins de Malefosse nous content l'épopée de ces deux chevaliers, Gunther et Maître Pritz, qui vont devenir acteurs de l'Histoire en ces temps troublés. Dermaut et Bardet ont recréé la France du XVIème siècle avec un sens de la reconstitution confondant et une langue savoureuse. L'esprit de cette époque, les luttes intestines pour le pouvoir et la description d'une France contrastée et authentique nous sont retranscrits avec réalisme et brio.Un incontournable de la collection Vécu.

  • Dès sa première série, François Bourgeon impose son réalisme et son sens méticuleux de la reconstitution. Avec Brunelle et Colin, il débarrasse le moyen âge de ses clichés romanesques et courtois pour nous plonger dans un univers fait de passions, de misère et de violence. Didier Convard reprendra le dessin de cette grande série.

  • Nous sommes en 1280. Tchen-Qin, samouraï du tout-puissant seigneur Oshikaga, prend la route avec douze de ses compagnons afin d'exterminer une bande de rebelles. Mais la route empruntée par le jeune guerrier pour affronter ses ennemis traverse le royaume des morts et s'étend jusqu'aux confins du monde... "Adamov" et "Cothias" décrivent à la perfection les traditions et la beauté violente du Japon ancestral.

  • Entre la jolie baronne Ariane de Troïl et le jeune roi Louis XIII nait une amitié qui peu à peu devient amour. Bien que peu intéressé par les femmes, le monarque prend du bon plaisir auprès de sa nouvelle amie. Ariane est d'autant plus passionnée que Louis la conduit dans un cabinet secret où il conserve le mannequin de l'Epervier qu'il avait rencontré onze ans plus tôt alors qu'il était encore enfant.
    Cet épisode charnière du cycle consacré à Ariane de Troil est d'autant plus passionnant qu'il nous permet de mieux comprendre la conception de celui qui plus tard deviendra le Fou du roy. Un autre volet de cette saga signée Patrick Cothias. Avec cette aventure qui vise un lectorat moins enfantin que celui du Masquerouge d'o rigine, cette série devient plus adulte et permet au dessinateur Marco Venanzi de nous faire apprécier de nouvelles facettes de son talent.

  • Ninon de Lenclos est un personnage historique. Elle règne sur la cour du futur Louis XIV. Femme du monde, courtisane belle et intelligente, elle est placée au coeur des courants mondains érudits et politiques de son temps. Mais pour "Patrick Cothias", Ninon est la fille d'Ariane de Troïl et de Germain Grandpin.

  • Boris Dolovine s'est évadé !! Sciant les barreaux de la cellule du pénitencier de Grossmoch, le célèbre malfrat s'est fait la belle. Donnant l'alerte tardivement, les gardes arrivent néanmoins à le poursuivre jusqu'à un minuscule aérodrome où un avion l'attend. En tirant sur l'engin, celui-ci explose en plein vol avec le fuyard. Ainsi se termine la cavale de Boris Dolovine Le monde de la BD est en deuil puisque, outre ses activités criminelles, Dolovine était également un talentueux dessinateur, créateur du personnage de Bibou. Mais est-il vraiment bien mort ? M.Facelvaga en doute puisqu'il vient de recevoir une menace de mort signé de la main même de Dolovine après sa mort ! Il se voit contraint de solliciter les services de Simon Nian, u n avocat aussi efficace qu'amoureux de la B.D. . Cette affaire le concernant au plus haut point, il va peu à peu déterrer quelques secrets. Car au siège des éditions Traknar, les deux directeurs de la maison détenant les droit de Bibou ont eu droit également à leur petite lettre de Dolovine. Et visiblement, ils ont des choses à se reprocher Digne héritier des Gil Jourdan et autres Félix, tant dans le fond que dans la forme, Simon Nian est le nouvel enquêteur de la BD ! Adaptant les principes de la ligne claire à une narration dynamique et moderne, Rodier nous gratifie de planch es élégantes, alors que Corteggiani se plaît à multiplier les clins d' il et les références pour une série où l'humour et l'action s'enchaînent avec bonheur. Les enquêtes de Simon Nian vont devenir des classiques cultes en un rien de temps !

  • Crochemaille

    Erik

    C'est en juin 1946 que Crochemaille fait son entrée dans le numéro 2 du nouvel hebdomadaire pour la jeunesse "O.K.", publié par la jeune société d'editions Enfantines. Le rédacteur en chef René Detire, par ailleurs dessinateur de romans dessinés pour la presse quotidienne , compte sur le populaire Erik pour apporter une note d'humour dans son journal où le réalisme domine. Crochemaille, chevalier toujours en mouvements, d'où son sobriquet de "nerveux", flanqué de son fidèle Brisemur, combat l'injustice dans un Moyen-Âge idéalisé. Seigneurs félons, châteaux aux mille pièges, hommes d'armes aussi bêtes que cruels, ne resistent pas au courageux petit chevalier qui surmonte avec panache toutes les épreuves.
    Erik, particulièrement à l'aise dans les histoires moyennâgeuses, multiplie les situations burlesques tout au long de ces pages d'un autre temps. Les scénarios d'une grande simplicité lui permettent de soigner plus particulièrement les situations burlesques, les trognes de ses personnages, les décors insolites. Malgré une production pléthorique, Erik a toujous aimé livrer des pages bourrées de petits détails truculents.
    Crochemaille a vécu trois longues aventures dans les pages "O.K." jusqu'en décembre 1948, intégralement proposées dans le présent album. Un troisième épisode, Crochemaille en Tarkacie demeure inachevé pour cause de disparition du journal avec son numéro 152, du 2 juin 1949. Le petit chevalier malin reviendra de 1968 à 1970 vivre huit courtes aventures dans les pages de Fripounet, malheureusement bien éloignées de celles de la grande époque de "O.K.".
    Nous vous proposons dans cet album de suivre les aventures vécues par Crochemaille le nerveux en respectant la mise en page chaotique de l'époque.

  • Irena ; l'ange du ghetto Nouv.

    L'histoire vraie d'une héroïne oubliée.Décédée en 2008, déclarée Juste parmi les nations en 1965, Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, fut l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale, sauvant près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie. Et pourtant elle est oubliée des livres d'Histoire... C'est en lisant par hasard un article sur elle que Jean-David Morvan a eu le déclic: sa vie devait être racontée. Avec Séverine Tréfouël et David Evrard, ils retracent le combat humaniste de cette «mère des enfants de l'Holocauste. »Porté par un dessin d'une grande sensibilité et pour la première fois dans une édition complète qui reprend tous les codes du roman graphique, Irena réussit le tour de force de parler sans lourdeur d'un sujet fort, poignant et profondément actuel... Toucher, émouvoir, parler d'hier pour raconter aujourd'hui...

  • Meurtrier

    Dimitri

    Chaque jour Jean Simon va boire une bière tiède à l'auberge du Canal Saint-Georges dans la rade du port de Coke. Dans les vapeurs d'alcool et la fumée de cigarettes il se souvient de son passé... L'orphelinat puis les durs travaux dans une exploitation agricole, le meurtre de son employeur, la prison, son engagement dans la Coloniale et cette étrange aventure à bord du Capricorne, navire perdu au milieu de l'océan...

    À travers le personnage de Jean Simon, Dimitri nous raconte l'étrange destin d'un homme obsédé par un crime dont il n'arrive pas à soulager sa conscience. Une oeuvre émouvante et forte avec pour toile de fond cet océan dont il sait si bien traduire les caprices.

  • Créée avant les 7 Vies, cette série se situe chronologiquement entre les deux derniers tomes des 7 Vies de l'Epervier et éclaircit des épisodes restés dans l'ombre : comment Ariane est conduite à reprendre le masque qui a pourtant causé la mort de toute sa famille, comment elle va rencontrer Louis XIII, et comment elle va lui donner un fils.

  • Créée avant les 7 Vies, cette série se situe chronologiquement entre les deux derniers tomes des 7 Vies de l'Epervier et éclaircit des épisodes restés dans l'ombre : comment Ariane est conduite à reprendre le masque qui a pourtant causé la mort de toute sa famille, comment elle va rencontrer Louis XIII, et comment elle va lui donner un fils.

empty